We hebben 71 gasten en geen leden online

Unieke bezoekers

3557037
Vandaag
Gisteren
Deze week
-
Deze maand
Vorige maand
Totaal vanaf maart 2013
1644
1798
11463
901147
28208
58965
3557037

Uw IP: 3.215.182.36
14-12-2019 22:29

Stro-wijn niet in ‘appellation’

De Franse Conseil d’Etat heeft voorkomen dat stro-wijn (vin de paille) onder de appellation Corrèze gaat vallen en dan ‘vin paillé’ op het etiket zou mogen zetten. Daarmee hebben de regionale wijnboeren een juridisch gevecht gewonnen dat al sinds 2014 aan de gang was. De karakteristieken van de AOC worden op deze manier beschermd tegen ‘infiltraties’ die niets met de historie en de expressie van de Corrèze-wijnen te maken heeft. Vitisphère meldt:

 

 

C’est une belle victoire pour la viticulture corrézienne.
Le Conseil d’Etat a rendu son verdict et rejété la requête de la Société de viticulture du Jura : les vins de Corrèze conservent leur Appellation d’origine contrôlée (AOC).

La bataille judiciaire avait débuté en 2014, avec l’appellation du « vin paillé ».
La Société de viticulture du Jura qui contestait l’AOC pour ce vin, avait alors obtenu gain de cause et le Conseil d’Etat avait interdit la mention sur les bouteilles corréziennes.

En 2017, les Corréziens ont décidé de contre-attaquer en constituant une Appellation d'origine contrôlée (AOC) Corrèze leur donnant le droit de produire du vin de paille.

 

Droit de conserver

 Mais maintenant le Conseil d’Etat a rendu ses conclusions : la requête de la Société Viticulture du Jura est rejetée.

En s’appuyant d’une part, sur «la qualité et les caractéristiques spécifiques des vins résultant de ce milieu géographique, notamment de l’exposition des terrains au sud de la montagne limousine et des conditions climatiques favorables à la pratique du séchage naturel des fruits »

Et d’autre part sur «les étapes historiques du développement de la vigne depuis l’époque gallo-romaine dans l’aire concernée et des techniques traditionnelles de fabrication du vin « paillé » dans cette zone (…)» le Conseil d’Etat accorde aux viticulteurs corréziens le droit de conserver leur AOC.

 

Du côté des producteurs et la Chambre d’agriculture de la Corrèze, on se réjouit de cette décision, qui permet à l’ensemble de la filière de conserver l’appellation.’