We hebben 91 gasten en geen leden online

Unieke bezoekers

4014408
Vandaag
Gisteren
Deze week
-
Deze maand
Vorige maand
Totaal vanaf maart 2013
50
1497
1547
1372732
15318
55196
4014408

Uw IP: 3.235.107.209
11-08-2020 00:42

Prijzen Bordeaux fors lager

Kwalitatief een mooi wijnjaar, 2019. Maar hoe krijg je de wijn verkocht in tijden van crisis? Daar zitten veel bedrijven mee. Vooral in de top. De enige manier om klanten te trekken is dan de prijzen drastisch verlagen. Dat hebben vooral de grand cru-châteaus de laatste dagen opvallend gedaan. Die trend houdt voor primeur-wijnen tot vandaag aan.Prijsdalingen van 30 tot soms wel 50 % zijn geen uitzondering. Die prijsval zet zich ook door in de lagere regionen. Vitisphère meldt:

 

 

‘Après l’annulation de la semaine des primeurs, la campagne de commercialisation du millésime 2019 des grands crus bordelais s’annonçait ardue. Mais les bonnes notes de ces cuvées et les baisses de prix significatives réussissent finalement à relancer l’intérêt pour les ventes en primeur. Le point avec le château Beychevelle.

 

Soutenu malgré l’absence de la traditionnelle semaine de dégustation préalable, le rythme de la campagne des primeurs 2019 anime sans répit la place de Bordeaux ce début juin. Alors que les bonnes notes de dégustations s’alignent, les baisses de prix s’enchaînent pour les primeurs 2019, par rapport à ceux 2018 : -31 % pour le château Pontet-Canet (à un prix de 58 euros la bouteille pour la place), -30 % pour le château Cheval Blanc (370 €), -16 % pour le château Lafite-Rothschild (396 €), -9 % pour le château Angélus (230 €) et 31% pour Mouton Rothschild. Pour les 200 à 300 propriétés bordelaises vendant en primeur, « nous vivons une période très compliquée [avec la pandémie], il n'y a plus une vente en compagnie aérienne ou en restaurant dans le monde. Pour le marché des grands vins [de Bordeaux], les acheteurs doivent se positionner aujourd’hui. Il est impératif de diminuer les prix pour prendre en compte la situation » résume Philippe Blanc, le directeur général du château Beychevelle (80 hectares de grand cru classé en 1855 à Saint-Julien). Comptant parmi les étiquettes fonctionnant le mieux en primeurs, la propriété à l’emblématique drakkar tire à nouveau son épingle du jeu commercial ce printemps.

 

‘Le moins cher’

Sorties ce 8 juin en une tranche, les allocations du château Beychevelle affichent une baisse de 12 % de leurs prix (à 52,80 €) qui est saluée par la place de Bordeaux, toutes les allocations étant confirmées après quelques heures. Cherchant depuis 25 ans le « prix juste » du cru de Saint-Julien, Philippe Blanc reconnaît que ce n’est pas forcément la qualité du millésime qui joue le plus : « 2019 est un très beau millésime (je ne rentre pas dans le débat de savoir s’il est exceptionnel ou pas), mais la qualité n’est pas le critère le plus corrélé avec le prix d’un grand vin ». Pour lui, l’essentiel reste d’avoir un prix qui ait « du sens économiquement, pour que les clients professionnels puissent les vendre et en vivre, et que le consommateur final trouve dans leur verre une qualité pour ce prix. Notre règle d’or est que notre prix en primeur soit toujours le prix le moins cher de nos vins disponibles. » Des principes simples qui sont remis au goût du jour par la crise sanitaire mondiale.