We hebben 89 gasten en geen leden online

Unieke bezoekers

3898392
Vandaag
Gisteren
Deze week
-
Deze maand
Vorige maand
Totaal vanaf maart 2013
282
1652
3434
1253560
3434
58628
3898392

Uw IP: 34.231.21.83
03-06-2020 04:52

Storm in een duur glas

Al een paar weken wordt er in enkele Franse wijnmedia, zoals Terre de Vins, gediscussieerd over de vraag: lijdt het imago van Sauternes-wijnen onder de commerciële druk die eruit bestaat er van alles aan toe te voegen en er een cocktail van te maken? De ‘pure’ botrytis- wijnen zijn duur, hebben een wat sleetse reputatie en zijn bij de jongere generatie minder in trek dan bij hun voorgangers. Dat is de reden dat enkele Sauternes-producenten onder het argument dat ze met hun tijd meegaan drankjes maken op basis van ’Sauternes’. Als gevolg daarvan is er een ‘strijd’ ontbrand tussen “Anciens et Modernes’, nadat de voormalige chef van Château d’Yquem, Alexandre de Lur Saluces, de makers van die mengdrankjes in een open brief de les had gelezen. Knoeien met Sauternes betekent miskenning van een grote ‘appellation’, vindt hij. De mengers verdienen er intussen dik aan en zijn het niet met het ‘conservatieve’ standpunt eens. Hier enkele passages uit de brief van Alexandre aan zijn opponenten, zoals gepubliceerd op de website van Terre de Vins:

 

 

‘Vous avez raison notre vin est très cher à produire. Comme une montre d’exception, un bijou rare, le caviar, l’eau au milieu du Sahara…Et là il y a un autre obstacle que vos cocktails ne permettront pas de franchir. C’est un obstacle commercial et un problème de promotion. C’est aussi un choix.

Votre obstination à croire que le Sauternes doit être dégusté avec des additifs pour l’améliorer, alors qu’il le dénature, serait mieux utilisée à la promotion de la vérité du vin de Sauternes, le vrai, l’authentique, l’original qui a été très mal transmise ces dernières années’.

 

Pas améliorer
‘Il y a plus grave. Vos interventions médiatiques sont un camouflet pour tous ceux qui nous accompagnent avec leur collaboration dans nos vignes, et dans nos chais, qui vivent le Sauternes, qui vivent du Sauternes, qui habitent le Sauternais. Il y a de l’arrogance à prétendre « améliorer » notre vin de Sauternes. Comment, par exemple, attendre de nos vignerons, nos vendangeurs de s’investir pour que coule des pressoirs un jus sélectionné avec tout le temps et le soin nécessaire s’ils soupçonnent qu’en définitive, leur travail servira à faire du vin chaud pour calmer la toux hivernale.

Nos vendangeurs ne travaillent pas seulement avec leurs muscles mais aussi avec leur tête et leur cœur. Eux comme les consommateurs ont droit au respect.

Un conseil : il vaut mieux écouter les amateurs, les vrais, avant de savoir ce qu’il faut leur offrir.

Il ne faut jamais oublier que le Sauternes est né de l’enthousiasme d’amateurs raffinés qui venaient en précurseurs de l’ère de l’oeno-tourisme, visiter les chais et offraient des prix très élevés pour obtenir l’achat d’une barrique de vin, accidentellement transformée par l’action du Botrytis.

Le vin de Sauternes ne mérite pas une amélioration mais une protection, celle qu’on accorde aux témoins d’une civilisation’.