We hebben 53 gasten en geen leden online

Unieke bezoekers

3694608
Vandaag
Gisteren
Deze week
-
Deze maand
Vorige maand
Totaal vanaf maart 2013
642
6580
642
1045592
49131
58704
3694608

Uw IP: 34.204.191.0
24-02-2020 10:44

Hoe de Brangelina smaakt


Rosé de Miraval - Marc Perrin et Thierry Desseauve door BDTMedia

Met veel tam-tam is enige tijd geleden de nieuwe rosé Miraval van Brad Pitt en Angelina Jolie ‘gelanceerd’, beter bekend als ‘Brangelina’. Vooral omdat het om een bekend koppel gaat, was er veel aanhang bij aanwezig. Over hoe die wijn nu eigenlijk smaakt werd tot nog toe maar weinig bekend. Wijnjournalist Thierry Desseauve kreeg hem als eerste professional in het glas. En een krant interviewde er een bekende ‘caviste’ over.  Nagellak en ‘bonbons’. Maar dat hoort bij die Provence-wijnen, weet Thierry. Die aroma’s zijn volstrekt natuurlijk. Er komt geen chemie aan te pas, vindt hij. De Franse collega’s melden:

 

“Que vaut le rosé de Brad Pitt et Angelina Jolie?

 

Début mars, le célèbre couple d’acteurs a bénéficié d’une couverture médiatique exceptionnelle pour le lancement de son Rosé Miraval. Toute la presse s’est passionnée pour cet évènement mais peu d’articles se sont intéressés au vin lui-même. Thierry Desseauve est le premier professionnel à l’avoir goûté en compagnie de Marc Perrin qui se charge de la viticulture, de la vinification et de la commercialisation du vin des Brangelina. Le journal Voici s’est aussi mis en quête du goût de ce rosé en allant interroger le caviste de Bacchus et Ariane, Georges Casellato.

 

Bonbon ou pas bonbon ?

 

Dans l’article de Voici, Georges Casellato commence par faire la grimace : «ça sent le bonbon, c’est pas très naturel. Il est levuré, ce vin ?» Levuré ? Kezako ? «Ils ont mis des arômes pour le rendre accessible au grand public.» What ? Vous êtes en train de dire que mon Brad est trafiqué ? «Non, mais ça reste quand même un bon produit, ça va plaire.» L’avis de Thierry Desseauve dans la vidéo de Bettane+Desseauve est tout à fait différent : « la plupart des rosés de Provence, ils ont ce problème qui est pour moi horripilant, c’est qu’on a les arômes amyliques qui sautent au nez, les arômes de vernis à ongles, de rouge à lèvres, de bonbon anglais…Là, on a vraiment du fruit, on a un fruit qui est très très expressif, assez complexe. Il y a de la framboise, un peu de fruit blanc, le côté pêche, il y a beaucoup de variété dans le fruit. On va un peu vers le floral. »

 

Naturel ou travaillé ?

 

Le journaliste de Voici n’a pas l’air très emballé finalement par le vin : « c’est vrai qu’il a l’air travaillé, ce vin. La couleur est trop parfaite, on dirait du parfum. Après quelques verres, y a comme un arrière-goût. Et puis, ça tourne un peu la tête (sûrement un coup d’Angelina ou des 13° d’alcool, peut-être) » Au contraire pour Thierry Desseauve, « on est surtout sur un côté totalement naturel. On a aucun arôme, même en cherchant bien, aucun arôme « chimique ou industriel ». (…) On a un vin qui est expressif, un vin qui a déjà de la personnalité. » Il ne reste plus qu’à le goûter pour se faire sa propre opinion”.