We hebben 148 gasten en geen leden online

Rosé-schandaal in Frankrijk

Bedriegers slaan een slaatje uit de toegenomen dorst naar rosé-wijn in de vakantieperiode. De Franse krant Le Parisien meldt dat al sinds 2015 vervalste rosé vanuit Spanje naar Frankijk verhuist. De krant startte een onderzoek en stelde vast dat die wijnen als Franse rosé’s worden verkocht. Franse wijnboeren die al herhaaldelijk hebben gerebelleerd tegen de import van Spaanse bulkwijn zijn des duivels. Het gaat om een omvangrijk schandaal waarvan in de eerste plaats de toeristen de dupe worden.  Er is al 70.000 hectoliter rosé 'verfranst', aldus de onderzoekers. Vitisphère meldt:

“Des vins rosés produits en Espagne ont été francisés selon une enquête des fraudes remontant à 2015.Des vins rosés produits en Espagne ont été francisés selon une enquête des fraudes remontant à 2015. - crédit photo : Creative Commons CC0

 

Le Parisien révèle ce 9 juillet les résultats d’une enquête sur des vins rosés espagnols maquillés en vin français.

 

Le quotidien révèle ce jour que 70 000 hl de vins rosés espagnols ont été soient francisés, soient vendus sous un packaging ou un merchandising pouvant prêter à confusion sur l’origine des vins. En ce début de vacances, où les consommateurs sont particulièrement attirés par les vins rosés, le scandale ne sera sans doute pas neutre.

 

Car ce n’est pas la meilleure période pour des révélations attendues par les producteurs languedociens depuis trois ans. Néanmoins, elle sera accueillie sans doute par la production avec soulagement. A travers différentes actions plus ou moins violentes, les producteurs n’ont cessé de dénoncer ces pratiques. A quoi correspondent-elles ? Comme l’explique le Parisien, les tromperies vont d’un étiquetage peu clair à de véritables fraudes sur l’origine des vins. Par ailleurs, l’enquête des fraudes a été très large s'intéressant non seulement aux importateurs mais également aux étiquettes, aux linéaires de la grande distribution et enfin aux restaurateurs.

 

Des procédures pénales pour tromperie, pratique commerciale trompeuse, tromperie en bande organisée ou usurpation de signes de qualité sont ouvertes. Les peines encourues vont de deux ans de prison et au moins 30 000 euros d’amende.