We hebben 55 gasten en geen leden online

Unieke bezoekers

3684167
Vandaag
Gisteren
Deze week
-
Deze maand
Vorige maand
Totaal vanaf maart 2013
1258
1999
9069
1032664
38690
58704
3684167

Uw IP: 3.226.122.74
21-02-2020 16:23

Te weinig wijn in 2014

Bovenop de klap van ruim 3 % exportverlies voor Franse wijn in 2013, komt nu ook nog het bericht dat 2014 onvoldoende wijn zal opleveren om het marktaandeel in de export te handhaven. Als je de uitvoer van ‘spiritueux’ erbij optelt, lijkt de markt zich in 2013 gestabiliseerd te hebben. Maar het beeld wordt anders als je alleen naar de wijnomzet kijkt. Collega Marie-Josée Cougard bericht voor Les Echo’s.fr vanuit de Bourgogne:

 

‘Après deux années record, l'exportation de vins et spiritueux s'est stabilisée à 11 milliards d'euros en 2013.

En 2014, la France devra compenser par les prix une offre en forte baisse.

La France manquera de vin à l'export en 2014 en raison de la faible récolte

 

La France n'aura pas assez de vin à exporter en 2014 pour préserver sa part de marché. La récolte 2013 a été très faible et cela pour la deuxième année d'affilée. Elle s'est établie à 42,3 millions d'hectolitres, en recul de 7 % par rapport à la moyenne enregistrée de 2008 à 2012. De quoi susciter quelques inquiétudes chez les exportateurs, habitués à se prévaloir de leur poids dans l'excédent de la balance commerciale.

 

«  Tout l'enjeu dans ces conditions sera de passer de très substantielles hausses de prix, afin de compenser la perte de volumes », explique Louis Fabrice Latour, président de la Fédération française des exportateurs de vins et spiritueux (FEVS). Ces hausses pourraient atteindre 30 % dans le Bordelais, et de 10 % à 20 % en Bourgogne. Un véritable défi, quand on sait que nos voisins et concurrents italiens et espagnols ont tous deux fait d'exceptionnelles récoltes.

 

En Espagne, il y a «  pléthore de vin », confirme Louis Fabrice Latour. « Les Espagnols ont battu tous les records avec une production de 50 millions d'hectolitres, en hausse de 40 % ». L'Italie n'est pas très loin derrière avec 48 millions d'hectolitres de vin. «  L'Italie comme l'Espagne seront de redoutables concurrents avec des prix deux fois inférieurs aux nôtres sur le vrac et l'entrée de gamme », poursuit le président de la FEVS.

 

Plus loin, la Californie et l'Australie aussi ont fait de très bonnes récoltes et livrent une redoutable guerre des prix. Ainsi, «  les Californiens arrivent avec des prix inférieurs de 10 % sur les entrées de gamme en chardonnay  quand nous présentons des hausses de 20 % ».

Malchance météorologique

 

La France a joué de malchance météorologique deux années de suite. La pluie, la fraîcheur, le gel, l'absence de soleil. Mais pas seulement. Les vignes ont vieilli et donnent moins de vin. Certains pieds meurent. Les viticulteurs pâtissent aussi, dans certains cas, de maladies du bois.

 

Le renouvellement du vignoble va devoir s'organiser. Les viticulteurs ne sont pas hostiles à l'idée, mais veulent des garanties qui passent par des contrats au moins triennaux avec les négociants. «  L'heure est à la mobilisation pour innover, investir et stopper la dégradation de nos parts de marché », estime-t-on à la FEVS.

 

Le bilan de 2013 demeure, lui, celui d'une «  bonne année pour les vins et spiritueux dans un contexte mondial difficile ». Les exportations se sont maintenues avec un chiffre d'affaires de 11,12 milliards d'euros, quasi stable. Les exportations de vins ont reculé de 3,1 % en volume, mais ont maintenu leur chiffre d'affaires à 7,6 milliards d'euros. «  Les bonnes performances du champagne (+1,3 %) et des autres vins effervescents ont compensé la stabilisation des vins tranquilles », précise la FEVS.

 

Les spiritueux, qui ont pour beaucoup souffert des effets de la loi anti-corruption en Chine, où les cadeaux très onéreux sont désormais proscrits, affichent un chiffre d'affaires de 3,5 milliards d'euros en baisse de 1 %, pour des volumes qui ont diminué de presque 4 %. Les exportations de cognac (67 % du total spiritueux) ont limité la casse avec une baisse des ventes de 1,7 %. Dans les points positifs, la FEVS souligne la reprise progressive du marché américain, «  le plus rentable ». Le dynamisme des commandes de l'Allemagne et de l'Europe du Nord. Et le potentiel de la Chine