We hebben 59 gasten en geen leden online

Unieke bezoekers

4652839
Vandaag
Gisteren
Deze week
Tot en met vorige week
Deze maand
Vorige maand
Alles vanaf 13-11-2012
845
1314
845
4639125
41625
149310
4652839
Uw IP 54.196.86.89
Server Time: 2018-05-21 13:07:14

Wijn-rebellen voor rechter

Op 1 maart zullen vijf van de zes wijnboeren worden berecht die in Montpellier met politiegeweld zijn gearresteerd.. Ze worden van oproer-activiteiten verdacht en riskeren voor de ten laste gelegde feiten 10 jaar cel. In mei vorig jaar werd een convooi van 32 wijnboeren uit de Hérault en de Gard aangehouden met bijlen en molotov-cocktails klaar voor gebruik. De veronderstelde aanstichters die tegen goedkope Spaanse wijn import wilden protesteren en al eerder transporten hadden gesaboteerd en brand hadden gesticht, moeten zich nu verantwoorden. De Franse collega’s van Midi Libre melden:


“Cinq des six viticulteurs placés en garde à vue depuis lundi 15 janvier au matin au SRPJ de Montpellier vont être jugés le 1er mars par le tribunal correctionnel, annonce ce mercredi 17 janvier le procureur de la République de Montpellier Christophe Barret.

 

Ils seront poursuivis pour "association de malfaiteurs en vue de la préparation de délits, en réunion et avec effraction". En mai 2017, un convoi de 32 viticulteurs de l'Hérault et du Gard avait été intercepté en Gironde avec des haches, des masses ou encore sept cocktails Molotov prêts à l'emploi et des téléphones "dédiés" à l'opération.


Ils restent libres en attendant et risquent en théorie 10 ans de prison lors de leur procès. Par ailleurs, le parquet ouvre deux informations judiciaires : pour la destruction par incendie de la société Vinadeis de Béziers en juillet 2016 qui avait causé 950 000 € de dégâts. Deux viticulteurs ont été mis en examen dans cette affaire. Ensuite, pour les 11000 hectolitres de la Société Biron vidés en août 2016 à Sète, affaire pour laquelle il n'y a pas encore de mise en examen

 

Le procureur indique que 32 faits ont été commis par le CRAV entre avril 2016 et août 2017, dans le Gard, l'Aude, les P-O et l'Hérault pour un préjudice de 3 millions d'euros. Des enquêtes se poursuivent pour tous les faits non élucidés”.